« En écrivant Richie, le livre sur Richard Descoing, c'est un peu notre époque que je décris. Richie, c'est la transgression des règles que certains appliquent aux autres. Homme de réseaux, Richard Descoing était au cœur de l'élite française et de ses contradictions.
Le livre c'est d'abord  une bonne enquête et deux à trois ans de travail. Il faut susciter la confiance pour recueillir des confidences à visage découvert. C'est le fruit de l'expérience.
J'ai davantage d'intérêt pour le milieu politique que pour les hommes politiques.
Une enquête se mène par cercles concentriques autour de la personne objet du livre.
La Cour européenne de justice a un rôle positif pour les journalistes enquêteurs.
Il est plus difficile d'enquêter sur LVMH que sur Richie... Les enjeux économiques sont très forts, les médias sont peu armés et les journalistes manquent de connaissances (économiques) et aussi d'indépendance.
 Aujourd'hui, un journal est soumis à l'éthique de ses actionnaires. A ce propos, BNP ( Bergé, Niel, Pigasse) ne sont jamais d'accord entre eux. Pierre Bergé lègue une partie de sa fortune au Monde. »
Patrice Saint André - Jean-Claude Charrier